Photos et cartes postales

Édouard Larue et Joseph Fournier, Poilus en 1915

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : AmateurN° de carte : -
Commune : Archamps (74)Lieu-dit : Le village

Edouard Larue (1891-1977) et Joseph Fournier (1892-1970). Le premier était originaire d’Archamps, le second de Feigères, deux villages distants de 7 km. Durant la Première Guerre tous les deux conduisaient les attelages de chevaux tirant les canons dans un régiment d’artillerie de montagne.

Au dos de la photo il est indiqué « Souvenir du 6 décembre 1915 – Les vieux Durs, conducteurs de la 3èmes pièces de rebiffe – Les poilus sur le front » (sic).

Complément apporté par Didier Dutailly :

« Edouard Larue, né à Archamps le 04-06-1891, incorporé au 2e Régiment d'Artillerie de Campagne (RAC) (Grenoble), 1er canonnier conducteur à la 3e batterie du 2e RAC du 31-07-1915 au 11-11-1918, blessé en service commandé le 20-09-1917.

Joseph Fournier, né à Feigères le 21-06-1892, incorporé au 2e RAC (Grenoble), 1er canonnier conducteur à la 3e batterie du 2e RAC du 31-07-1915 au 11-11-1918, blessé en service commandé le 28-09-1917.

Leurs parcours sont parallèles ; il est vraisemblable qu'ils sont les meilleurs amis du monde.

La 3e batterie du 2e RAC, le 6 décembre 1915, se trouve au repos à son cantonnement de Rougegoutte, près de Giromagny, au nord de Belfort. Ils y sont depuis le 2 décembre ayant été relevés de leurs positions à Steinbach (entre Thann et Cernay) (Source JMO de la 3e batterie).

La photo provient d'un studio de photographe, de Giromagny ? de Belfort ? ambulant ?

Que s'est-il passé de particulier le 6 décembre 1915 ? Rien ne concernant la vie de la batterie, mais certainement quelque chose de vécu par les deux hommes : une bonne soirée ? une bagarre contre une autre batterie ? une bagarre contre une autre unité ? Aucune trace nulle part de quoique ce soit.

Mais cela doit être un excellent souvenir. L’expression « rebiffe » est certainement à prendre dans le sens rebiffer.

L'aspect de la photo (le petit et le grand) s'explique par le fait que le poilu de la classe 1911 mesure 1,74 m et celui de la classe 1912 ne mesure que 1,61 m ! »

A noter les autres sens de « rebiffe », mot d’argot :

  • Rebiffe : récidiviste,
  • Biffe, Biffin : mot détourné de son sens original de chiffonnier et adopté par dérision par les fantassins pour se définir. Le biffin est celui, miséreux, qui gagne sa vie en récupérant et revendant les objets usagés dont les autres ne veulent plus. Le fantassin s’est assimilé à cet être errant, sans ressources, sale, mal habillé, rejeté par la société bien pensante.

Merci à M. Brand, Chantal Cholin, M. Sublet et D. Dutailly pour les informations.

Collection famille de Édouard Larue.



Copyright © 1998-2023 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon