Photos et cartes postales

Le Rayon de Soleil (1re époque, 1951)

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : AmateurN° de carte : -
Commune : Monnetier-MornexLieu-dit : Mornex

Le Rayon de Soleil fut la plus récente des "maisons d'enfants" ouvertes à Monnetier-Mornex. Le bâtiment fut construit après la suppression du chemin de fer à crémaillère du Salève en 1936 ; en effet, la route d'accès à l'établissement emprunte la voie déferrée et le pont construit en 1891. Cette photo datée de 1951 montre la terrasse du second étage, celui-ci fut rapidement transformé afin d'augmenter la capacité d'accueil. Dans les années 1950, il devint préventorium et fut géré par le Comité Commun pour l'Hygiène de l'Enfance (Lyon) et jusqu'en 1968, il héberga les filles, les garçons étant regroupés au Clos de Salèves, 700 mètres plus bas dans Mornex.

« Magnifique établissement du Rayon de Soleil , j’y suis restée six longs mois sans voir ma famile ».

Ray Cédioli est venue de Paris en 1950-51 soigner une tuberculose. Elle se souvient de « la cheftaine Bernard tellement maternelle » et du prêtre missionnaire « qui nous faisait si bien le cathéchisme ». Lors des petites promenades, Ray ramassait avec un grand plaisir du muguet et des cyclamens sauvages. Souvenir aussi de « la surveillante de nuit, car c'était interdit de se lever pour ne pas laisser les petites filles espiègles jouer dans les couloirs, mais le résultat n'était pas toujours en notre faveur et nous étions terrorisées ! ».

Autres souvenirs de Ray : « un chant qui me revient toujours et que l'on chantait tous les jours en descendant les escaliers pour aller à la salle à manger ; les tables particulières du réfectoire et l'architecture du Rayon de Soleil avec son escalier extérieur sur la droite ».

Pour la suite des documents concernant le Clos des Salèves et le Rayon de Soleil, voir la photo suivante.

Collection R. Cédioli-Gourlet.



Copyright © 1998-2020 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon