Photos et cartes postales

Bureau d’études des Ateliers des Charmilles (mai 1941)

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : AmateurN° de carte : -
Commune : GenèveLieu-dit : Les Charmilles

Une partie des ingénieurs du département « Turbines » des « Ateliers des Charmilles » à la rue de Lyon à Genève, pose devant leur planche à dessin. Roger Hauert qui porte les lunettes vient de prendre le cliché au moyen d’un retardateur. Ces ingénieurs sont en plein développement des quatre groupes de turbines Kaplan qui équiperont l’usine hydroélectrique de Verbois (sur le Rhône) dont l’entreprise vient de décrocher le contrat.

Les « Charmilles » ont une énorme expérience et réputation mondiale dans le domaine des équipements hydrauliques et depuis 1928, soit la réalisation de l'usine de Kembs sur le Rhin, en aval de Bâle, ils collaborent avec le groupe français Alsthom sur le marché français. C’est grâce à cette collaboration que les Ateliers des Charmilles sont associés dans les années 1960 à l’entreprise Neyrpic de Grenoble, pour le développement des groupes bulbe qui équiperont la future usine marémotrice de la Rance, près de Saint-Malo en Bretagne. Neyrpic, filiale d’Alsthom, spécialisée dans la conception et la construction de grands équipements hydrauliques, a une histoire qui remonte à 1860 avec une expérience et une forte expertise techniques semblables à celles des Charmilles. En mettant en commun leurs compétences ils vont développer les innovants groupes bulbe qui équiperont cette première usine marémotrice au monde.

Ces groupes bulbe sont constitués essentiellement d'une turbine horizontale de type Kaplan améliorée à quatre pales, axiale depuis l'entrée jusqu'à la sortie entraînant directement un alternateur fonctionnant à l'intérieur d'un carter étanche profilé en forme de bulbe, l'ensemble étant immergé dans une galerie. Cette disposition est particulièrement bien adaptée aux très basses chutes et aux gros débits (comme celui de la Rance, de 260 m3/s, équivalent à celui de la Seine), ce qui constitue le type de turbine le mieux adapté à ces situations. La Rance comprend 24 groupes bulbe réversibles de 10 MW chacun. L'alternateur de dimensions réduites qui est disposé en amont de la roue et tourne dans de l'air pressurisé est installé dans le circuit hydraulique, ce qui permet de supprimer le bâtiment d'usine et d’aboutir à une construction ramassée. La roue, axiale, est constituée par une hélice à pales mobiles qui peut utiliser alternativement la force de la marée montante puis celle de la marée descendante, augmentée du courant du fleuve, et produire de l’électricité dans les deux sens du débit d'eau.

Vingt ans après la prise de cette photo, exactement de 1961 à 1967, Roger Hauert sera délégué par les Ateliers des Charmilles et il passera toute la semaine à Grenoble, dans les bureaux de Neyrpic avec ses collègues ingénieurs français pour participer au développement des groupes bulbe qui équiperont la future usine marémotrice de la Rance. Avec eux, il collaborera aux développements et à la mise en service des groupes qui s’étendra d’août 1966 à décembre 1967, et fera bénéficier le projet de toute l’expérience de l’entreprise genevoise.

L’usine est inaugurée par le Général de Gaulle, Président de la République, le 26 novembre 1966. Il y prononce une allocution dans laquelle il rappelle le rôle d'EDF dans la modernisation du pays, et souligne l'importance des grandes réalisations françaises visant à l'indépendance énergétique de la nation, en terminant par une phrase dont il avait le secret : « Comme la Rance coule vers la mer parce que sa source l'y envoie, ainsi la France est fidèle à elle-même lorsqu'elle marche vers le progrès ». La route franchissant l’usine sera inaugurée en juillet 1967 et le raccordement au réseau EDF effectué en décembre 1967. Depuis, l’usine fonctionne sans interruption, fournissant l'équivalent de la consommation d'une ville de 240 000 habitants.

Au final, parmi les 24 groupes qui équipent l’usine marémotrice de la Rance, 6 sont réalisés par les Ateliers des Charmilles à Genève, bien que ce fait ne soit jamais mentionné, ni exposé au grand jour en France, prestige national oblige !

Cliché de Roger Hauert. Collection B. Hauert.



Copyright © 1998-2018 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon