Photos et cartes postales

La Madone de Présilly

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : J. Cellard, LyonN° de carte : 9856
Commune : Présilly (74)Lieu-dit : Le bourg

Cette statue de la vierge immaculée est la « copie » de la celle de Lourdes et date donc d'après les apparitions (1858). L'immaculée conception est un dogme (point fondamental et considéré comme incontestable d'une doctrine religieuse, selon le Larousse) proclamé en 1854 par le pape Pie IX avec la bulle « Ineffabilis Deus ». Ceci ne faisait que consacrer en dogme une croyance et une vénération existant pratiquement depuis l'origine du christianisme. A noter justement que ni Luther, ni Zwingli, ni Calvin n'ont remis en cause la virginité de Marie. Et si nos amis protestants critiquent notre culte marial, de grandes tendances en faveur de ce culte se sont dessinées chez eux, sous l'influence de Karl Barth et des frères Roger et Max de Taizé. L'asticotage des protestants sur le sujet n'est donc pas réellement fondé. Il y a une différence très importance entre la croyance en la virginité de Marie (reconnue par toutes les églises chrétiennes depuis l'origine) et le culte marial propre aux églises catholiques et orthodoxes.

En patois lourdais, Bernadette Soubirous indique à son curé que la « belle dame » s'est présentée en disant : « Que soy era immaculada conceptiou » (Je suis l'Immaculée Conception).

Les paroissiens, sous l'impulsion du curé, ont érigé cette statue de la vierge de Lourdes dans ce cadre pour en faire un lieu de recueil de dévotion et d'indulgence. Elle a servi aussi de but de pèlerinage lors des fêtes religieuses. Enfant de Présilly, régulièrement, « on montait à la statue », le 15 août et aussi, semble-t-il, parfois pour la Fête Dieu.

Cette statue est située au sommet des « rappes » afin qu'elle se voit de loin, et aussi pour « protéger le village » un peu comme une vigie. A l'époque la colline était presque sans arbre (surexploitation du bois).

Était-ce aussi un défi aux protestants qui ne reconnaissent pas le culte de Marie ? Il faut se rappeler qu'à cette époque il y avait une communauté protestante d'une vingtaine de personnes à Feigères et que la Genève protestante n'est pas loin.

La commune a accepté de donner cette petite parcelle prise sur ses communaux tant que la statue serait en place. Autrement dit le jour où la statue disparaitra le lopin de terre reviendra à la commune.

C'est aussi à cette période que le curé de Feigères fait construire la chapelle de la Salette au Chatelard de Feigères. Celle-ci évoque l'apparition de la Vierge à la Salette en Isère. Il l'a fait tellement haute... qu'elle s'effondre. J'ai émis l’hypothèse de sa hauteur pour qu'elle soit vue par les protestants de Malchamps. Le conflit entre le curé de Feigères et les protestants de Malchamps a duré relativement longtemps et a été animé.

Merci à C. Mégevand et D. Dutailly. Collection M. Brand.



Copyright © 1998-2017 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon