Photos et cartes postales

Le café Morel à Mornex

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : LJL, Edit. de Luxe, La Roche sur ForonN° de carte : 534
Commune : Monnetier-MornexLieu-dit : Mornex

Durant la première moitié du XXe siècle, les cafés, auberges et restaurants étaient très nombreux à Monnetier et Mornex : les analyses des “ Bottin genevois ” de 1905 à 1936 nous permettent de donner quelques chiffres précis pour la commune de Monnetier-Mornex, soit près de neuf cafés avant la Grande Guerre, puis près de treize entre les deux guerres mondiales.

Situé à l'entrée du village de Mornex en venant d'Étrembières, le café Morel était le premier sur la route menant à Monnetier et au Salève. Le petit établissement fut longtemps tenu par Marie-Louise Morel, épouse Lachenal (1904-1986), Lachenal étant le chef de la gare PLM de Monnetier-Mornex. Le couple n'ayant pas d'enfant, le petit débit de boisson cessa son activité au début des années 80. Alfred Morel, né Leloup en 1918, premier fils de Marie-Louise, étant passionné d'aviation, le café était décoré de maquettes d'avions et de peintures.

« Parmi les nombreuses légendes du Salève, l'une d'entre elles est peu connue et été retranscrite très récemment par un jeune violoniste versaillais : il s'agit de celle du Buveur sans visage. Déjà vers la fin du XVIIIe siècle, les rumeurs sur le petit estaminet allaient bon train, depuis son rachat par un couple de Biélorusses ; on disait qu'ils étaient adeptes de sombres rituels et avaient fui leur pays à cause de foules armées de torches et de fourches pour se réfugier dans un petit village sarde. De plus, certains voyageurs de passage qui s'étaient arrêtés dans l'établissement avaient disparu mystérieusement. Est-ce le diable qui les avait emportés ? Est-ce l'invocation d'une créature innommable qui aurait mal tourné ? Dans la seconde partie du XIXe siècle, durant la nuit d'un certain 31 mars (si le jour est resté dans les mémoires, l'année a été oubliée !), le café-restaurant Morel fut détruit par un tremblement de terre ! Cet événement permit de découvrir dans les décombres qu'une partie de la cave auparavant condamnée cachait tous les disparus, affreusement mutilés, la peau du visage découpée et accrochée au mur, mais les corps des propriétaires ne furent jamais retrouvés. Au début du XXe siècle, on voyait parfois un étrange client en terrasse, le Buveur sans visage ; cette photo est la seule qui ait jamais été prise de sa manifestation. La chance voulut que le chien soit également sur la photo ! »

Merci à Claude Weber et Arthur L. pour les informations.

Collection G. Lepère.



Copyright © 1998-2018 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon