Photos et cartes postales

Pont naturel sur le Rhône à Grésin

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : Druz et Warnery, GenèveN° de carte : -
Commune : Éloise (74)Lieu-dit : -

Au Moyen Age, un bac permettait la traversée du Rhône entre Eloise (Haute-Savoie) et Grésin (Ain). La première mention d’un pont date de 1460. A l’époque, il n’y avait pas de barrages et le lit du Rhône était à cet endroit très encaissé et comportant en son milieu un îlot, l’île de la Madone, sur lequel on lança quelques planches pour en faire un pont sommaire. Voici la description qu’en donne M. Malte-Brun dans un ouvrage paru en 1808 et intitulé « Annales des voyages de la géographie et de l’histoire » : « de ce torrent (de Parnant) au pont de Grésin (500 mètres) on trouve sur la rive gauche une petite plaine de 50 mètres de largeur qui facilite l’abord du pont. Le Rhône coule dans un canal extrêmement étroit, bordé d’une bande de roches silico-calcaires, vulgairement appelée molasse, qui débordent leur base et empêche pour ainsi dire la vue du fleuve. Le pont de Grésin est appuyé sur un rocher de même nature ; au milieu du Rhône, cette pile naturelle est rongée à sa base par les efforts continuels du fleuve qui vient s’y briser avec fureur ; cependant elle est encore très solide. Ce rocher peut avoir 25 à 30 mètres de longueur et 5 de largueur ; il est d’une surface unie et recouverte de terre végétale et d’arbustes qui cachent entièrement le fleuve. L’espace de la rive gauche du Rhône au rocher est de 4 mètre, et du rocher à la rive droite, 2 au plus. Le pont est construit de quelques mauvaises poutres recouvertes de branches d’arbre et de terre. Il n’y passe point de voiture ; il est même dangereux d’y passer à cheval. Il est inconcevable que les habitants des deux rives pour lequel ce pont est très nécessaire, ne le rendent pas plus solide ».

Souvent arraché par les puissantes crues du fleuve, ce pont a été reconstruit à de nombreuses reprises jusqu’en 1896. Il est resté célèbre dans l’histoire pour être l’unique point de franchissement du Rhône situé sur le fameux « chemin des Espagnols », ce couloir permettant aux soldats du roi d’Espagne de rejoindre les Flandres depuis le Duché de Savoie sans s’exposer aux armées françaises. Une fois le Rhône traversé par le pont de Grésin, cet itinéraire montait en direction du Crêt d'Eau par la "Combe Gerle", puis rejoignait Confort et Chézery. De là, il traversait la Valserine pour gagner Combe froide par les Magras. Il continuait ensuite en direction de Saint-Claude en passant par La Pesse et les Bouchoux.

Carte postale envoyée à Londres le 22 juillet 1904.

Cette carte est à rapprocher de la carte d’indice 360.

Collection et légende de D. Ernst.



Copyright © 1998-2022 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon