Photos et cartes postales

Hôtel Trottet (1898)

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : -N° de carte : -
Commune : Monnetier-MornexLieu-dit : Monnetier-Église

Cet hôtel, situé au coeur du village de Monnetier, près de la place de l´église, fut toujours tenu par la famille Trottet qui, avec la branche Perréard, représente une dynastie d´hôteliers du plus grand intérêt car très liée à la vie du village et du chemin de fer.

Une femme serait à l´origine de la lignée d´hôteliers : Péronne Laruaz (1788-1873), épouse de Jean-Pierre Vidonne (1776-1832). Elle ouvrit en 1811 l´auberge de La Petite Bossue, c´était son surnom. Elle eut une fille Jeannette (1818-1910) qui épousa Pierre Trottet (1798-1885) ; le premier hôtel de Savoie daterait de leur époque. Leur fils, Émile Trottet (1846-1924) et sa femme Joséphine Pacot (1852-1921) continuèrent à exploiter l´hôtel de plus en plus renommé. Émile Trottet "allait au marché à Genève avec sa hotte sur le dos ; quand il ratait le funiculaire au retour, il montait par le Pas-de-l´Echelle à pied !"

Émile Trottet, propriétaire de nombreux terrains au Salève et "Aubergiste à Monnetier", fit don, en 1905, d´un bloc erratique nommé "Pierre à Trottet" au Club Alpin Suisse dont il était membre. Ce bloc pourrait être celui situé sur le Grand Salève au-dessus du sentier du Pas-de-l´Echelle et sous le Chalet-Restaurant de la Croix. Émile et Joséphine eurent quatre enfants : Emma (1878-1973), Léon (1880-1970), Henri (1886-1960) et Louis en 1888.

Emma Trottet, l´aînée, très bonne élève, fut la première du canton au certificat d´études à Bonneville. Sa mère aurait retiré la fillette de l´école pour qu´elle tienne la caisse du buffet-restaurant des Treize-Arbres pendant la saison ; c´est ainsi qu´Emma, âgée de 14 ans, travailla seule avec le chef de cuisine pendant que ses parents exploitaient l´Hôtel de Savoie.

Léon Trottet, ancien chasseur alpin, travailla avec ses parents puis partit plus tard exploiter un hôtel à Paris, l´Hôtel de l´Europe près de la gare Saint-Lazare, ce qui ne l´empêchait pas de s´intéresser à la vie de Monnetier puisqu´il était actionnaire et administrateur de la Société des Chemins de Fer du Salève. Il épousa Luce Demiaux (1886-1960) d´Evian dont il eut un fils, Pierre (1912-1981), qui exploitera avec sa femme Nathalie le Grand Hôtel de l´Europe à Paris tout en conservant leur maison de Monnetier, tout près de l´Hôtel de Savoie, pour y passer la belle saison.

Pierre Trottet, cinéaste amateur, réalisa un film Pathé-Baby pendant l´été 1928 qu´il passa à Monnetier ; ce film unique nous montre sa proche famille, ses voisins et quelques animaux familiers mais aussi, fait extraordinaire, l´arrivée de l´automotrice n° 11 en gare de Monnetier-Eglise et le saut du contrôleur depuis le marchepied sur le quai ! Il semblerait que la plupart des séquences aient été tournées un dimanche après la messe, puis l´après-midi après un repas au restaurant ; le cinéaste respecta la règle des trois unités puisque Monnetier fournit l´unité de lieu, le dimanche ou jour de fête, l´unité de temps, et la vie du village, l´unité d´action.

Voir la première séquence "l'automotrice n° 11 du chemin de fer du Salève".

Henri Trottet, célèbre royaliste, militait avec Gustave Rivollet (1886-1955), mécanicien au chemin de fer du Salève. "Tout petit Henri avait eu une otite qui l´avait laissé très dur d´oreille ; pour cette raison il n´avait pas pu faire de service militaire mais sa mère lui fit une situation grâce à un client de l´hôtel (de Savoie) : un banquier des Banques Réunies Suisses le prit chez lui et il y resta toute sa vie". Henri épousa Sophie Chamorel (1886-1938), suissesse ; ils n´eurent pas d´enfants. Il était "petit, trapu, très gentil" et exerçait la profession de "correcteur de livres" mais on le surnommait le banquier ou le royaliste. Il nommait la République, "la Gueuse" et obligeait les enfants à crier "Vive le roi" en passant devant le cimetière d´Etrembières mais il repose à Monnetier avec le drapeau de l´Action Française.

Louis Trottet, dernier fils du couple Émile-Joséphine, fit à Genève des études d´ingénieur puis partit travailler à Paris.

C´est à l´Hôtel de Savoie, à Monnetier, que descendent les héros pittoresques du roman d´Albert Cohen (1895-1981), "Mangeclous", lors de leur bref séjour au Salève ; ces Genevois avaient effectué la montée en "funiculaire" par crainte du téléphérique, ce qui situe l´action entre août 1932 et juin 1935.

L´Hôtel Trottet devint "Hôtel de Savoie" après l´achat par le couple Sauthier qui l´exploita de 1925 à 1939. Madame Sauthier, née Lucie Butard (1890 ?-1950 ?), fut la première femme à obtenir son permis de conduire à Monnetier vers 1928 et à posséder, dès l´hiver 1928-1929 une voiture Citroën C4.

En 1931, l´Hôtel de Savoie était l´abonné au téléphone n° 2 de Monnetier-Mornex.

Après la Seconde Guerre l´Hôtel Trottet devint "La Savoyarde" et fut occupé par les enfants de colonies de vacances ; c´est aujourd´hui une maison privée.

A noter la silhouette d’une voiture automotrice du chemin de fer du Salève, la gare des Treize-Arbres et l’ancienne route menant à la Croix de Monnetier sur le bord du Salève.

Cette carte est à rapprocher de la carte d’indice 273.

Collection M. Brand.



Copyright © 1998-2017 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon