ÉCHOS SALÉVIENS no 16 (2007) - 154 pages - 18 € / 22.50 CHF

commander


  • Jean-Vincent Verdonnet, une vie en poésie, par Rémi Mogenet

    Le dicton « nul n’est prophète en son pays » pourrait s’appliquer à merveille à trois des articles composant ces Échos saléviens. Qui a entendu parler de Jean-Vincent Verdonnet ? Un public confidentiel de gens avertis. Il est vrai qu’il a tout fait pour qu’on ne le cite guère. Il est poète, un des meilleurs poètes contemporains, félicité, primé, mais lu par une minorité choisie de personnes. La Salévienne est donc particulièrement honorée de rendre hommage à cet enfant de Bossey et d’offrir à quelques centaines de lecteurs supplémentaires l’occasion de découvrir un talent, ma foi, fort discret.


  • Au pied du Salève, naissance mystérieuse d'un village, par Emile Berthoud

    De la même manière, qui a entendu parler du chanoine Émile Berthoud ? De nouveau une minorité. Pourtant il a été - Émile Berthoud nous a quittés le 11 septembre 2007 - l’auteur d’un monument de l’histoire de l’art, « 2000 ans d’art chrétien » qui fait référence. Enfant du Châble - mais pas de Beaumont - faut pas confondre ! Émile Berthoud au soir de sa vie, offre aux habitants du Châble et de la région de découvrir l’histoire de son village de naissance. Il nous en présente une vision totalement renouvelée.


  • Statut de la littérature savoyarde au sein de la République française, par Rémi Mogenet

    Rémi Mogenet s’est intéressé à ce curieux objet qu’est la « littérature savoyarde ». Il existe de nombreux auteurs savoyards : pour ne citer que les plus connus, François de Sales et Joseph de Maistre. Mogenet s’intéresse à la place laissée à ceux-ci dans l’enseignement scolaire. Sans surprise, elle est inexistante. Devenue française sur le tard, la Savoie est venue sans « ses auteurs à ses souliers », ceux-ci restant le sujet d’intérêt d’une infime minorité. Pourtant les Savoyards n’ont pas à rougir de leurs écrivains qu’on serait bien inspiré de lire et relire pour comprendre dans leurs tréfonds les institutions françaises actuelles.


  • Contributions à l'étude d'un terroir rural : Valleiry et La Joux (XIVe - XVIIe siècle), par Cédric Mottier

    Puisque La Salévienne fait dans la découverte de talents peu connus, elle se devait de parler d’un village « sans histoire », ou qui donnait l’impression de ne pas en avoir, parce que ses archives ont brûlé en août 1944. Grâce à Cédric Mottier, on en sait un peu plus sur Valleiry et sur un village le jouxtant, La Joux. Il ne s’agit-là que « d’une mise en bouche », en attendant la sortie d’une monographie bien plus consistante sur Valleiry et La Joux dont Cédric Mottier sera le coauteur. Les éléments rassemblés ici permettent néanmoins d’en connaître un peu plus sur deux cent cinquante ans de l’histoire, du milieu du XIVe au début du XVIIe siècle, d’un village privé de son passé.




Copyright © 1998-2017 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon