Photos et cartes postales

Téléphérique du mont Veyrier (1934)

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : AmateurN° de carte : -
Commune : Veyrier-du-Lac (74)Lieu-dit : Téléphérique

Quinze ouvriers montent le premier câble destiné au téléphérique du mont Veyrier ; l’arrêt est situé entre Veyrier-du-Lac et le col des Contrebandiers ; au fond, le lac d’Annecy ; parmi les hommes, Hector Pognant (1901-1985) et Jean Pagliazzo (1902-1999).

Extrait d’un article de G. Lepère « Une place, un nom : Auguste Fournier », paru dans le bulletin municipal d’Étrembières en 1987 :

« Auguste Fournier naquit à Pers-Jussy (Haute-Savoie) le 14 avril 1902 de Pierre Fournier, fromager, et de Gervaise Jacquemoud, son épouse. Cet homme, qui n'avait pas son certificat d'études, doit sa célébrité à plusieurs réalisations techniques dont les téléphériques du Salève et du mont Veyrier, mais aussi à sa forte personnalité. Auguste Fournier était unijambiste depuis l'âge de douze ans à la suite d'une maladie, peut-être la tuberculose des os ; son membre gauche fut coupé et remplacé par une jambe de bois tandis qu'il s'aidait d'une béquille pour marcher. Ce handicap ne le gênait guère car on se souvient l'avoir vu grimper dans la benne de service du téléphérique pendant les essais " je l'ai eu vu dans la benne de secours se tenant par un bras, avec sa jambe et sa béquille ". Jean-Jacques Honegger raconte : " Fournier voit dans un bistrot un type avec une jambe de bois et lui dit : - Bonjour monsieur, quel numéro chaussez-vous ? - On pourrait acheter nos chaussures ensemble !" Son neveu, Pierre Fournier rappelle que son oncle Auguste avait droit à l'exonération de la vignette automobile en tant que handicapé, mais… il lui fallait montrer un certificat médical prouvant à la préfecture son absence de jambe ! »

Les automobiles de Fournier ont également marqué ses contemporains : - " il avait une voiture et un chauffeur ", ce qui était rare entre les deux guerres ; " entre 1938 et 1940, il roulait en Talbot, voiture assez réputée à l'époque " ; " une Hotchkiss " dont Chevry (d'Annemasse) entretenait les garnitures ; " une grosse bagnole, une quinze chevaux avec laquelle il allait comme un fou ; pendant la guerre il roulait en tilbury " ; " je me souviens être montée dans sa voiture avec mes parents [Bertrand et Marie Cochard] entre Annemasse et Le Pas de l'Echelle ; il allait très vite et j'avais peur ".

Fournier est surtout connu à Etrembières parce qu'il a équipé le Salève du téléphérique, inauguré le 7 août 1932 et mis en exploitation le 27 août 1932. Ce nouveau moyen de transport permettait de monter en sept minutes du Pas-de-l'Echelle aux Treize-Arbres alors que le chemin de fer à crémaillère grimpait cahin-caha en une heure. La gare inférieure du téléphérique avait initialement été prévue près de la douane de Veyrier, c'est-à-dire au terminus du tramway de Genève, mais Fournier n'a pas obtenu " les autorisations nécessaires pour faire passer les câbles au-dessus de la ligne ferroviaire du PLM ". Maurice Delessert (1874?-1936?), administrateur suisse du chemin de fer du Salève, projetait depuis longtemps un téléphérique mais Fournier l'a devancé.

(suite de l’article sur la photo suivante).

Collection G. Lepère.



Copyright © 1998-2020 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon