Photos et cartes postales

Pont de l'Île, course de grands-bis (v. 1875)

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : Musée de l’Automobile, GenèveN° de carte : 7
Commune : GenèveLieu-dit : Quai de la Poste

Cette carte postale des années 1960, porte en son dos la mention : - Tableau de m 2.50x3.50 - Propriété du Musée de l’Automobile, de la Motocyclette et du Cycle - 20 bis, Quai du Cheval Blanc - 7 - Pont de l'Île vers 1875 - Course de Grand By.

A l'âge du bronze déjà, un banc de sable sépare le Rhône, peu après sa sortie du lac, en deux bras et ce banc consolidé au cours des siècles constitue peu à peu une île. Cette dernière est vraisemblablement la principale raison de l'édification d'une ville à cet endroit. Un pont reliant les deux rives reste de nombreuses années le seul point de contrôle de la liaison européenne nord-sud, ce qui contribue à élever Genève au rang de carrefour principal du commerce européen. Le pont, alors en bois, est détruit par Jules César en 58 avant J.-C., pour empêcher le passage des Helvètes. La mention de ce fait dans son « Commentaires sur la Guerre des Gaules » fait entrer Genève dans l’Histoire. Reconstruit en pierre sous l'empire romain, il subsiste jusqu'au XVIe siècle. Au XIIIe siècle, un château fort y est érigé, dont il ne reste aujourd’hui que la tour. Le pont est habité à partir du milieu du XVe siècle et dès le milieu du XVIe siècle, un second pont est établi en amont du premier. Ces ponts remaniés à plusieurs reprises sont reliés en un seul en 1886. Depuis, la séparation des quatre ponts n'est plus visible, l'ensemble ne faisant plus qu'une place, appelée « Place de l'Île » ou plus simplement « En l'Île » par les autochtones, où se trouvent de nombreuses boutiques et commerces.

Le grand-bi est un type de bicyclette qui apparaît au début des années 1870 et qui possède une roue avant d'un très grand diamètre, afin d'augmenter la distance parcourue à chaque tour de pédale. Il connaît une grande popularité parmi les sportifs pendant les années 1870 et 1880, mais est relativement peu utilisé par les amateurs et le public à cause de sa dangerosité, la conduite étant difficile et les chutes par-dessus le guidon fréquentes. Il devient très populaire en Angleterre où de nombreuses courses sont organisées, attirant des centaines de spectateurs. L'ère des grands-bis est lancée, destinée à des jeunes hommes athlétiques et riches, constituant un moyen de se montrer et de parader dans les rues des villes.

Cette carte postale fait partie d’une série de sept cartes (indices 1425 à 1431).

Collection Bernard Hauert.



Copyright © 1998-2020 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon