Photos et cartes postales

Grotte d´Orjobet (1/5)

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : Jullien-Frères, GenèveN° de carte : 5654
Commune : Collonges-sous-Salève (74)Lieu-dit : Les rochers du Salève

La grotte d'Orjobet est la cavité du Salève la plus représentée en carte postale. En effet nous connaissons 20 cartes postales réalisées par 7 éditeurs, soit 13 de l’entrée inférieure et 7 de l’entrée supérieure. Nous avons recensé également 15 cartes du sentier mentant à la grotte.

Cette cavité doit son nom à François Orjobet, paysan natif du hameau du Coin ; le 4 mars 1779, il guida Horace Bénédicte de Saussure (1740-1799), aristocrate et scientifique genevois, lors de son exploration. Saussure, géologue, minéralogiste, chimiste, physicien, inventeur d’instruments scientifiques, botaniste, biologiste et ethnologue naquit à Conches, près de Veyrier, au pied du Salève.

« Il me dit en partant que la caverne était située précisément au-dessus de son village, et qu'on pouvait y aller par deux chemins, l'un tout droit, plus court, mais très raide ; l'autre par le village de La Croisette, plus doux, mais plus long. Je préférai le plus court, et je m'applaudis de ce choix, parce qu'en montant, je vis de grands rochers dont les faces taillées à pic ont à leur base des excavations considérables, dont les unes se prolongent horizontalement, et les autres sont à-peu-près circulaires ; mais toutes se terminent par des bords arrondis et émoussés qui indiquent manifestement l'action des grands courants dont nous nous sommes tant occupés. J'eus donc du plaisir à trouver sur cette route de nouvelles confirmations des observations que j'avais faites sur les autres parties de la montagne ; mais il fallut acheter ce plaisir par la fatigue d'une pente excessivement raide, et par quelques mauvais pas qui pourraient effrayer des gens qui ne seraient pas accoutumés aux montagnes.

Après une heure et un quart de cette montée rapide, nous entrâmes dans le rocher par une grande ouverture qui n'est pas encore celle de la caverne, mais une avenue bien singulière qui conduit à son entrée.

C'est une espèce de grande cheminée, éclairée ça et là par des ouvertures irrégulièrement ovales, que les eaux ont creusées dans l'épaisseur du rocher. On monte par cette espèce de canal jusqu'à la hauteur perpendiculaire d'environ 90 pieds, et là on se trouve à l'entrée de la caverne, qui est située au haut de cette cheminée, et éclairée par un grand jour qui s'ouvre vis-à-vis de la porte. Cette porte est double, ou plutôt ce sont deux entrées, qui ont l'une et l'autre la forme d'un ovale irrégulier. Celle de la gauche a environ 4 pieds et demi de haut sur un et demi de large ; celle de la droite en a six sur deux et demi. Elles sont séparées par un massif de rocher d'environ neuf pieds de largeur ».

Extrait de « Voyages dans les Alpes, tome 1 », par Horace-Bénédict de Saussure, 1779.

Lire la suite sur la carte suivante.

Collection G. Lepère.



Copyright © 1998-2021 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon